U.K. Election Results Map

Par Salomé de Foville

La carte de cette semaine représente les résultats électoraux pour les élections générales britanniques* du 12 décembre 2019, parue dans un article du New York Times écrit par Allison McCann, Lauren Leatherby et Blacki Migliozzi.

Les cartes des résultats électoraux sont produites après chaque élection, quel que soit le pays, et sont des outils très utiles pour avoir une compréhension spatiale rapide et claire des résultats. Cependant ces cartes présentent également d’importants biais, ne représentant le plus souvent qu’une division du territoire selon le vote tenu (commune, district, région, etc) et, généralement, un aplat de couleur correspondant au résultat du vote (différents partis, élus, réponse à un référendum, etc). Ainsi, le poids de certaines variables n’est pas représenté, tel que la différence du nombre d’électeurs d’une unité spatiale à l’autre.

Figure 2 (source : https://www.nytimes.com/interactive/2019/12/13/world/europe/uk-general-election-results.html)

L’apport de l’interactivité dans la cartographie permet une lecture plus approfondie de la carte, et des résultats. Comme on peut le voir sur l’image de la figure 2, il suffit de placer le curseur de la souris au-dessus de la commune de notre choix et un pop-up détaillant les résultats du vote dans celle-ci apparait. Le résultat n’est donc plus présenté par la carte comme étant noir ou blanc, mais avec nuance. Le pop-up permet également l’ajout d’information, tel que la différence avec les dernières élections générales de 2017. Ces élections sont habituellement tenues tous les cinq ans. Toutefois, le pays faisait face à des circonstances particulières : la résignation de la Première Ministre Theresa May annoncée le 24 mai 2019 et les grandes difficultés rencontrées par le pays à appliquer le vote du Brexit (2016). Cela a entrainé une anticipation des élections, qui ont donc eu lieu en décembre 2019, et non en 2021. Ainsi, la possibilité de suivre l’évolution du vote selon l’élection de 2017 permet une analyse plus fine des résultats.

Figure 3 (source : https://www.nytimes.com/interactive/2019/12/13/world/europe/uk-general-election-results.html

Bien que la carte interactive soit le principal outil de cet article, celui-ci comprend également des cartes non interactives mettant en valeur le changement de majorité dans les communes concernées. Il est évidement possible de lire cette information dans les pop-ups de la carte interactive mais le contraste d’une année à l’autre, complété par la troisième carte ne faisant ressortir que les communes ayant changé de majorité (image ci-dessus), permet au lecteur d’avoir une vision d’ensemble et de comparer, en un coup d’œil, l’ensemble du territoire.

Figure 4 (Source : https://www.nytimes.com/interactive/2019/12/13/world/europe/uk-general-election-results.html)
Figure 5 (Source : https://www.nytimes.com/interactive/2019/12/13/world/europe/uk-general-election-results.html)
Figure 6 (Source : https://www.nytimes.com/interactive/2019/12/13/world/europe/uk-general-election-results.html)

Cet article s’accompagne également de graphiques, permettant de se représenter – plus ou moins clairement – l’évolution des votes (figures 4 et 5). Un premier (figure 4) permet de suivre l’évolution du pourcentage de vote pour chaque parti pour les trois dernières élections générales : 2015, 2017 et 2019. Ce choix est lié au contexte du Brexit, le vote ayant eu lieu un an après la réélection du Premier Ministre David Cameron en 2015, et ayant fortement influencé la vie politique du pays depuis. Un second graphique (figure 5), peut-être un peu plus compliqué à appréhender, vise à représenter « Comment le Parti conservateur a récupéré des votes dans les communes ayant voté pour le Brexit ». On peut en effet clairement observer une baisse des votes pour le parti dans les communes ayant votés contre le Brexit et une majorité d’augmentation de vote pour le Parti conservateur dans les communes ayant voté pour le Brexit. Enfin, l’article possède un graphique représentant le nombre d’élus au Parlement (figure 6), ce qui permet de contrer le biais lié au découpage de l’espace.

Figure 7 (source : http://www.viewsoftheworld.net/?p=5755)

Toutefois, cette variété de cartes et de graphiques ne permet pas de pallier certains des biais de représentation, comme le poids des habitants par communes mentionnés plus tôt. L’image de la figure7 nous présente donc une série de cartes s’efforçant de pallier ces problèmes avec une diversité de mode de représentation. La carte de gauche est une représentation classique des résultats. Celle du milieu choisit de représenter spatialement l’information donnée dans l’article du New York Times par la figure 6, attribuant le même poids spatial à toutes les communes, chaque unité représentée correspondant donc à un député élu. Ainsi, on peut par exemple y voir que les grandes métropoles britanniques, telles que Londres, Manchester et Birmingham, sont divisées en un plus grand nombre de districts, probablement dû à leurs larges populations. Cette carte permet une meilleure représentation de la différence de sièges obtenus par les deux premiers partis : 365 pour le Parti conservateur et 203 pour le Parti travailliste, un écart certes important, mais paraissant bien plus grand encore sur la carte de gauche. Enfin, la carte de droite utilise un mode de représentation en anamorphose*, la taille des communes sur la carte étant proportionnelle à la population. Comme pour la carte du milieu, cela permet de relativiser les résultats du vote, particulièrement pour l’Angleterre, montrant une carte bien moins submergée de bleue que celle de gauche.

Ainsi, bien que les cartes des résultats électoraux soient des outils utilisés depuis de nombreuses années, le développement des technologies a permis une évolution de celles-ci, dans un objectif d’amélioration de la lecture de la donnée fournie, et représentée.

Sources :
https://www.nytimes.com/interactive/2019/12/13/world/europe/uk-general-election-results.html
https://www.express.co.uk/news/politics/1216588/election-results-map-how-did-my-constituency-vote-who-is-my-mp
http://www.viewsoftheworld.net/?p=5755

Définitions :
* élection générale britannique : élection des 650 députés à la Chambre des communes siégeant à Westminster. La reine d’Angleterre, Elisabeth II, nomme premier Ministre, le chef du parti de la majorité. 
* anamorphose : la surface géographique des territoires est remplacée par une surface représentant une variable thématique. (Source : Cartes d’exceptions – 3 500 ans de représentation du monde, pp236-239, Jerry Brotton)

Modérateurs : ALINDAWA Déodat et BLARD Flavie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :