« Leçon de géographie » : l’art de la cartographie

Par Yves Stéphane ZEDIAL

Depuis l’époque où les atlas étaient communément appelés « les théâtres du monde habité », la cartographie au fil du temps n’a cessé d’évoluer dans cette même perspective. Que ce soit sur les sujets abordés ou le contexte dans lequel elles sont employées, les cartes ont toujours mis en scène certains aspects du monde à une période donnée. Cette approche de la cartographie suggère une pluralité dans l’observation et l’appréhension du monde.

Les atlas géographiques, sont en ce sens, les résultantes d’une observation à la fois objective et subjective de l’espace selon le sujet abordé. Avoir recours aux atlas pour comprendre un territoire, induit donc la notion de « pluralité ».

Figure 1 : Leçons de géographies, dispositif d’installation, source : escande.fr

Ghislaine Escande, artiste peintre et plasticienne, dépeint cette approche de la cartographie à travers un atlas intitulé « Leçon de géographie, révision générale ». Atlas dans lequel elle met en scène la pluralité des « savoirs » et leur transmission ainsi que la pluralité des « mondes » et leurs habitants  (figure 1).

L’artiste  par une approche singulière souligne l’évolution des sciences géographiques en rajoutant une pile de livres, montrant ainsi que la géographie de par sa pluralité n’est pas figée. Elle est sans arrêt remise en question et peut ainsi se définir comme étant une science vivante.

Figure 2 : Application du glacis, source : escande.fr

Les cartes au fond des box sont faites au format 100 cm x 100 cm à partir de papiers marouflés (extrêmement collés) auxquels l’artiste rajoute des couches de peinture transparentes afin de donner un effet de « relief ». Cette technique est celle du glacis (figure 2), technique de la peinture à l’huile consistant à poser, sur une couche déjà sèche, une fine couche colorée transparente et lisse.

Figure 3 : Leçon sur le monde vécu, source : escande.fr

L’intérêt de cet atlas réside dans l’accent mis sur le caractère complexe qu’est le mode de représentation en cartographie. L’atlas « Leçon de géographie : révision générale », présente sous forme de scène théâtrale les façons dont la « Terre » est expliquée à des publics divers sous forme de leçons (figure 3).

Figure 4 : Réaction à une leçon géographique, source : escande.fr

Le caractère pluriel est ici représenté tant par la variété des auditeurs, qui sont comme sur le figure 4 de tous genres et de toutes espèces, que par la variété de leur attitude par rapport à la leçon donnée.

« Mes cartes (…) se veulent sensibles, poétiques et ouvertes à toutes les interprétations ». Cette citation extraite d’une interview de Ghislaine Escande traduit bien la notion de pluralité dans les atlas et le rapport à la cartographie.

Ghislaine Escande : https://www.escande.fr/lecons-de-gographie
Wikipédia « Atlas » : https://fr.wikipedia.org/wiki/Atlas_(livre)
Carnet NEOCARTOgraphie – L’art est dans la cARTe par G. Escande, 27/04/2020 : https://neocarto.hypotheses.org/10407
 
Modérateurs : Bruno DUVERNEUIL et Kévin CARIOU

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :